Annonay/Qingdao | mondialisation

Thématiques abordées

DVD 1 | Chronique d’une mondialisation - de la France à la Chine, d’Annonay à Qingdao : interrogations sur un parcours

Un travail d’investigation filmé exceptionnel assorti d’une série d’outils pédagogiques efficients pour la formation.

Voies et chemins d’une PME prise dans la mondialisation à l’orée des années 2000 : ou le suivi filmé des prémices de la mondialisation

Le film accompagne en 1997 les 2 premières semaines de mise en route de l’atelier chinois de Qingdao de l’entreprise Canson et Montgolfier par 4 opérateurs venus de l’usine-mère d’Annonay. Il intègre et met en perspective les discours recueillis à Annonay auprès des cadres et employés pour justifier ou s’interroger sur cette opération : espoirs, incertitudes, inquiétudes, interrogations : changement d’époque ?

Le film surfe sur ce va-et-vient où se configure dans une PME, au tournant des années 2000, l’amorce d’un système d’ organisation planétarisé : les prémices de la mondialisation et son cortège de questions.

Le documentaire se déploie en 5 parties.

Outils pour les formateurs

Une segmentation pratique et détaillée : Le film Annonay Qingdao est composé de 5 chapitres et 14 sous-chapitres Une navigation simple et rapide De l’écran de présentation globale du DVD… …vers les chapitres du film… et l’ accès aux sous-chapitres

Un index des grands chapitres thématiques du site …

…donnant accès à chacune des sous- séquences thématiques (ici, à partir de l’index de travail « les points de vue des acteurs »)

(ici, à partir de l’index de travail « les thèmes»)

DVD 2 | Face à face
Français et Chinois au travail : prises de conscience interculturelles

Extraits de scènes de film avec séquences commentées (45 mn)

Le recueil sur le vif des réflexions et auto-réflexions des acteurs et opérateurs français et chinois impliqués dans l’implantation à Qingdao

4 Séquences commentées (45 mn)

Ce film de 45 mn peut être vu en entier ou par parties ou sous-partie.

« Face à Face » constitue pour nous un essai pour mettre le film au service de la rencontre interculturelle, en ne se contenant pas seulement d’enregistrer les différences, mais en permettant aux acteurs de réfléchir sur ces dernières, de les expliciter, pour mieux apprivoiser les écarts en présence.

A partir de tout petits faits saisis sur le vif c’est dans l’exploration de ces écarts vécus que le film cherche à entraîner les spectateurs : en les introduisant comme naturellement dans chacune des situations pour leur permettre de mieux mesurer ensuite le choc des évidences quotidiennes propres à chacun des acteurs.

Dans une telle perspective, l’image n’est plus seulement un outil d’observation : elle devient au sens fort un outil actif et réflexe d’investigation, se greffant au coeur même de la dynamique de rencontre interculturelle.

Les auteurs, Bernard Ganne et Jean-Paul Pénard

Le film « Face à Face » reprend certains des éléments du documentaire « Chronique d’une mondialisation ». Il est plus particulièrement focalisé sur les rapports de travail, les relations chinois/français au travail français et les questions d’interculturalité. Partant d’une série de scènes observées et filmées dans l’atelier chinois de Qingdao, il soumet ces dernières pour commentaire aux protagonistes chinois et français impliqués dans ces actions selon un dispositif d’auto-réflexion.

Il s’agit par cette méthode, non seulement, comme dans le film anthropologique classique, de filmer des situations en laissant en quelque sorte l’image manifester d’elle-même l’étrangeté du terrain qu’elle découvre, mais d’intégrer comme partie structurante du film toutes les « bonnes raisons » qui ont animé chacun des acteurs, « bonnes raisons » qui donnent toute leur « épaisseur » aux situations observées telles qu’elles sont non seulement vécues, mais perçues et expliquées par les acteurs eux-mêmes. : et éclairant la construction de la distance interculturelle saisie non seulement telle qu’elle est vécue, mais perçue.

Pour organiser cette auto-réflexion, nous avons choisi quatre épisodes révélateurs des confrontations dont nous fûment témoins :

Filmer la rencontre des cultures au travers du travail nous semble donc ici un outil privilégié pour dépasser les a priori premiers qui se dressent chaque fois qu’il s’agit d’entreprendre des actions communes et de se comprendre au-dela des barrières de langue et de culture : les leçons à tirer dépassent là largement les frontières de l’atelier…
Retour haut de page